dimanche 14 avril 2013

Idées répandues & clichés


Certaines idées colportées par des magazines, des sites internet, des émissions de télévision, des romans, des films à l'eau de rose, etc peuvent grandement te faciliter la tâche. A toi d'en tirer parti :

Etre heureux (épanoui, beau, riche, célèbre, en bonne santé...) est possible pour chaque être humain "qui le veut vraiment".

Il existe suffisamment d'histoires, réelles ou fictives, de destins exceptionnels, de réussites inattendues pour rendre crédible cette idée. Si on t'objecte que l'immense majorité des gens ne connaît pas un destin fabuleux, alors tu expliquera que cela "démontre" la "vérité" de "qui le veut vraiment". Puisqu'il suffit de "le vouloir vraiment" pour être heureux (ou riche, beau, célèbre...), le fait de ne pas l'être est révélateur d'une "pathologie" (blocage, traumatisme, bénéfice secondaire, auto-sabotage, etc).
Une chance pour le client qui ne serait pas encore parfaitement heureux : tu as la solution qui lui permettra, "s'il le veut vraiment", de sortir de la gadoue dans laquelle il patauge. Manipulation mentale : applique une forme plus ou moins subtile d'étiquetage. Si le pigeon refuse ta main tendue (apparemment pour l'aider, mais en réalité pour soutirer l'argent de sa poche), c'est la preuve de sa négativité, de sa volonté de croupir dans le malheur. Souligne-le avec délicatesse, en suggérant par exemple qu'il n'est "peut-être pas prêt à abandonner ses vieux schémas", qu'il "a peur du changement intérieur nécessaire pour atteindre ce bonheur" ou bien que "cette démarche demande du courage" ou "de l'engagement"... Tordu mais efficace.


Exercice pratique : argumentaire

Saisis dans ton moteur de recherche préféré les mots " échec, vie, responsabilité, thérapie", pioche des idées à droite à gauche et rédige un petit laïus sur le thème "On peut être heureux si on le veut vraiment".
Ensuite, entraîne-toi à débiter ton bla-bla devant ton miroir. Pour faire sérieux, parle avec une voix un chouïa plus grave que d'hab. Baisse légèrement le menton vers la poitrine, tu verras, ça aide. Assure-toi que le ton de ta voix et ta gestuelle soient convaincants. Répète et améliore jusqu'à te sentir prêt à répandre la "bonne" parole autour de toi.
Et oui, la formation est gratuite mais ça ne veut pas dire qu'on se roule les pouces !

Etre heureux est un devoir, une obligation morale pour chaque être humain.

Surfe sur la vague de la positive attitude.
Puis qu'il suffit de "le vouloir vraiment" pour être heureux, positifs et épanouis, nous avons donc le devoir de l'être, ou tout au moins d'en avoir l'air. Sinon, c'est la double peine : si quelqu'un se sent triste, moche, idiot, pauvre ou malade, non seulement il en souffre mais il doit aussi se sentir coupable de son échec, car le destin normal de tout être humain est le bonheur parfait. Ainsi, un pauvre ne doit pas se contenter de souffrir de toutes les restrictions que lui impose sa situation financière : il doit aussi se sentir coupable d'avoir échoué à vivre dans l'abondance, puisque l'abondance est accessible à tous ceux qui la désirent vraiment.
Si toutefois un pigeon ne souffre pas suffisamment de sa situation imparfaite pour se faire aider par toi, ou bien se résigne à faire avec, tu peux exploiter une autre idée répandue pour culpabiliser le récalcitrant et l'inciter à faire appel à tes talents.
Il s'agit de l'idée répandue que le bonheur est contagieux. Peu importe que cette idée soit vraie ou fausse, elle est surtout très utile. Si ton (futur) client ne s'aime pas suffisamment pour vouloir tenter tout et n'importe quoi pour être heureux, il doit le faire, au moins pour les autres. Etiquette-le comme "responsable", "conscient", ou "généreux".

Exercice pratique : argumentaires

Saisis dans ton moteur de recherche les mots " bonheur contagieux", pompe des idées chez les uns et chez les autres, et rédige un topo sur le thème "En devenant heureux, je contribue au bonheur collectif". De la même façon, à partir de mots-clé tels que : "égoïsme, souffrance, malheur, monde, autres", trouve des arguments pour soutenir l'idée que "l'égoïsme est la cause de bien des malheurs à travers le monde.
Re-entraînement face au miroir puis face à tes potes, tes collègues, tes copains de foot.Tu vas vraiment déchirer le jour où tu t'adresseras à de vrais clients.
Bon je sais, c'est du boulot, mais t'imaginais quand même pas que j'allais te transformer en charlot simplement en claquant des doigts, non ?



A lire aussi :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire